Autres articles

Festival de Film de Monte Carlo 2020
Festival de Film de Monte Carlo 2020

Dans le plein respect des mesures sanitaires, ...

read more

Monte-Carlo Jazz Festival 2017

côte d'azur | …evénements

28 Septembre 2017
0 Commentaires

Le Monte-Carlo Jazz Festival 2017, pour sa 12ème édition, se déroulera entre le 16 novembre et le 2 décembre à l'Opéra Garnier Monte-Carlo.  

"Fidèle à lui-même, le festival reflète la musique de jazz telle qu'elle est : ouverte à tous les courants musicaux, laissant toujours place à la tradition, sans être immobile, s'inspirant de toutes les musiques du monde, et faisant la part belle à la création. Tout au long de cette 12 ème édition, nous irons à la rencontre des plus grands musiciens du moment, des plus belles voix du jazz contemporain, des plus grands solistes. Cette programmation est à l'image de ces 11 années de Monte-Carlo Jazz Festival. Elle montre que le jazz est toujours aussi divers, sans carcan, et épris de liberté. Pour sa soirée d'ouverture le 16 Novembre, le Monte-Carlo Jazz Festival 2017 a choisi un monument de la musique, Marcus Miller, qui présentera des extraits de son tout nouvel album. Il partagera l'affiche avec Cory Henry & The Funk Apostles. Du mardi 17 novembre au samedi 2 décembre, nous aurons plusieurs concerts avec à l'affiche les plus grands du jazz d'aujourd'hui, comme Stacey Kent, Dhafer Youssef, Chick Corea et Steve Gadd autour de leur projet The Corea / Gadd Band. Nous rendrons également hommage à deux grandes légendes puisque nous recevrons Texas et Christophe. Comme toujours, le Monte-Carlo Jazz Festival est aussi le moyen de découvrir le jazz de demain, avec de nouvelles formations comme le trio féminin Sirius Plan, James Carter's Elektrik Outlet et de nouveaux talents comme Laurent Coulondre. Enfin, nous clôturerons ce festival avec le groupe Scott Bradlee's Postmodern Jukebox, qui s'amusera à jouer les hits du moment réarrangés avec des genres musicaux différents. The Puppini Sisters, considéré comme le meilleur groupe de close harmony au monde partagera l'affiche." (Jean-René PALACIO, Directeur Artistique Monte-Carlo Société des Bains de Mer) 

Jeudi, 16 Novembre

Cory Henry est un musicien multi‐instrumentiste (orgue et piano) et producteur new-yorkais au parcours étonnamment bien rempli pour son âge. Il est particulièrement reconnu pour son jeu d'orgue harmoniquement très riche, qui puise plus son inspiration dans le jeu virtuose des pianistes Art Tatum, Oscar Peterson, que dans celui de ses pairs (Jimmy Smith et autres grandes figures de l'orgue Hammond). A certains moments, il capture l'essence même du jazz et du gospel dans sa musique, et produit, à partir de ces deux composantes, un nouveau langage. Lorsqu'il improvise, Cory Henry fait preuve d'une maturité allant au-delà de ses années. À la différence de nombreux virtuoses c'est également un grand sideman. Il a notamment collaboré avec Kenny Garrett, Bruce Springsteen, Jimmy Fallon et Puff Daddy. Ses impressionnantes performances improvisées lui ont valu d'être suivi fidèlement par ses fans sur Youtube. Son titre « First Steps », sorti au printemps 2014 a été numéro un sur iTunes dans la catégorie jazz. 

Marcus Miller présentera des extraits de son tout nouvel album à paraître début 2018 (Blue Note/Universal). Marcus Miller, récompensé par deux Grammy Awards® en 2010, par une Victoire du Jazz pour l'ensemble de sa carrière en France, par l'Edison Award for Lifetime Achievement in Jazz en 2013, également nommé Artiste de l'Unesco pour la Paix en 2013, porte-parole du projet La Route de l'Esclave, est non seulement un bassiste unique, un musicien multi-instrumentiste hors du commun, mais aussi un compositeur et un producteur doué d'un talent exceptionnel. Ses nombreuses collaborations avec les plus grands : Miles Davis, Eric Clapton, George Benson, Aretha Franklin, Brian Ferry, Wayne Shorter, Herbie Hancock ou Carlos Santana pour n'en citer que quelques-uns, ont façonnées son environnement musical. Chaque apparition sur scène de Marcus Miller avec de jeunes musiciens talentueux est un événement dans un univers qui se situe entre le Funk, la Soul et le Jazz d'aujourd'hui...

Vendredi, 17 Novembre

Né dans le Gard en 1989, Laurent Coulondre fait partie de cette nouvelle génération d'un jazz décomplexé. À seulement 28 ans, le pianiste français apparaît en tant que sideman sur plus d'une dizaine d'albums et en a enregistré trois sous son nom. Première partie de Sting, Marcus Miller, Chucho Valdès ... il est également l'un des membres de l'électrisant Horny Tonky du trompettiste Nicolas Folmer. Authentique jazzman, également fin praticien de l'orgue Hammond, il établit une communication franche et directe avec le public à travers un jazz groovy, électrique et électrisant. « De Ceccarelli à Cyril Atef, le fer de lance de la nouvelle génération d'un jazz décomplexé! » La Révélation Jazz aux Victoires de la Musique de l'année est le parangon de cette génération sans complexe. Plus de catégories, plus de clans, primauté donnée au son et au plaisir, avec son nouveau duo (keys & drums !), le claviériste convoque la fine fleur des batteurs hexagonaux. Sans se démonter il convoque sur le même morceau André Ceccarelli, figure tutélaire du swing français et Cyril Atef, le trublion de la batterie (Bumcello)... et ça marche!  

La chanteuse américaine Stacey Kent présente un nouveau projet orchestral. I Know I Dream mêle classiques de la bossa nova, chanson française, standards du Great American Songbook, mais aussi des compositions originales écrites par son mari, le saxophoniste Jim Tomlinson. Les paroles sont co-signées par le célèbre romancier Kazuo Ishiguro, le poète Antonio Ladeira et le parolier de Nashville Cliff Goldmacher. Accompagnée par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Stacey Kent présentera pour le Monte-Carlo Jazz Festival 2017, le vendredi 17 novembre à l'Opéra Garnier, un répertoire réarrangé pour orchestre par Tommy Laurence, protégé de Johnny Mandel. Sur ce terrain musical élargi qui donne à l'univers de Stacey toute son amplitude lyrique et mélancolique, la chanteuse et son groupe parviennent à conserver leur remarquable sens de l'intimité et de la délicatesse. Une voix sensuelle, limpide et fluide, aux couleurs swing et aux teintes jazzy, Stacey Kent est avant tout une personnalité qui dégage une sensibilité poignante et une mélancolie saisissante. 

Samedi, 18 Novembre

Christophe, sans doute, plus qu'un autre. Un big bang originel forgé à partir de souvenirs d'enfance, d'émotions déflagratoires, de pensées magiques, de mélodies happées au vol, de rythmes primitifs, d'images furtives imprimées à jamais dans son cortex et qui constituent le disque dur de sa mémoire. Depuis plus de cinquante ans, il en fait la matière brute de son œuvre. Christophe a esquissé d'une main de maître un treizième album studio, mûri depuis 7 ans, et tellement attendu... Jean-Michel Jarre, l'homme des « Paradis Perdus » et des « Mots bleus » vient de nouveau seconder Christophe pour l'écriture des paroles du titre « Les vestiges du Chaos » qui aura inspiré le titre de ce nouvel album. Mais aussi, Boris Bergman (« Ange sale »), Daniel Bélanger (« Tangerine », « Drone »), la jeune plume Laurie Darmon (« Océan d'amour », « Stella Botox », « Tu te moques »), notamment. Un opus d'une fulgurante modernité imaginé par Christophe, épaulé par Christophe Van Huffel, à ses côtés depuis 15 ans, où sa voix cristalline revient au premier plan grâce à la virtuosité de la jeune génération représentée par Maxime Le Guil (nominé aux Grammy Awards 2016 - dans la catégorie Best Engineered Album) à la co-réalisation et Clément Ducol qui habille cet album de cordes ultra-sensibles. 

Vendredi, 24 Novembre

Sirius Plan est un trio libre, sauvage et raffiné. Tout commence dans une chambre d'hôtel un soir de festival. Une guitare et trois filles qui jamment dans la nuit. « On s'est reconnues dans la même passion, la musique à taille humaine qui se partage ». Elles se sont prises au jeu. Côté scène, la particularité vocale du trio Franco-Belge en charme plus d'un... Laurent Voulzy les invite en 1ère partie de sa tournée. Puis c'est Emmanuel Moire qui leur accorde sa confiance et, en 2015, Louis Bertignac les emmène dans ses bagages. Trois tours de France, en passant par la Suisse et la Belgique. En 2016, elles sortent leur album Dog River Sessions, enregistré en Alabama, et partent en tournée en France, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, en Alabama, en Louisiane et en Floride.  

« Life's too short, let's work it out » dit le refrain visionnaire et pertinent du premier single contagieux extrait du brillant nouvel album studio de Texas, le 9ème du groupe, Jump On Board. Cet album, c'est le son d'un groupe totalement à l'aise, bien dans sa peau, débordant de grandes chansons influencées par la northern soul, le disco, des groupes britanniques fondateurs comme les Bee Gees ou Orange Juice. Texas n'a jamais eu peur de faire son propre truc, c'est un groupe à la longévité rare, et Jump On Board offre un style caractéristique tout en provoquant des flashes exaltants qui rappellent ces hits de référence tant aimés : « Say What You Want », « Halo », « Black Eyed Boy », « Summer Son », des chansons qui parsèment une carrière de près de trente ans et 40 millions d'albums vendus. En 2017, Texas n'a jamais semblé aussi vivant, une étonnante histoire britannique à succès loin d'être terminée, Jump On Board faisant à la fois office de vibrante régénération et de confirmation triomphale de la croyance de toute une vie dans le pouvoir d'une pop universelle. « Nous nous sentons revigorés », dit Sharleen avec un sourire. « Nous avons assurément passé un super moment à faire ce disque. Il est temps de se lâcher, c'est comme un nouveau départ. C'est un nouveau chapitre de notre histoire. Et nous l'adorons ». 

Samedi, 25 Novembre

 Dhafer Youssef est un oudiste, vocaliste et compositeur tunisien. Issu d'une longue lignée de muezzins, la maîtrise de la performance vocale est pour lui un héritage. Après le succès phénoménal de son album Birds Requiem, vendu à plus de 50 000 copies, le grand maître de l'oud, vocaliste hors pair et compositeur prolifique, revient en spectacle avec son album le plus attendu: Diwan Of Beauty And Odd, s'affirmant comme l'un des musiciens les plus innovateurs de la dernière décennie. Infatigable explorateur, Dhafer Youssef offre dans Diwan Of Beauty And Odd une dualité des plus séduisantes, celle du beau et de l'étrange. Il joue avec l'asymétrie des temps impairs pour nous livrer une musique intrigante de sa complexité mais dont la beauté demeure appréhensible car universelle. Pour ce projet, Dhafer Youssef sera accompagné de la fine fleur du jazz new-yorkais : Aaron Parks au piano, Joe Sanders à la contrebasse et Justin Faulkner à la batterie.  

Les collaborations musicales de Chick Corea et Steve Gadd sont inscrites dans la légende. Ces deux magiciens n'ont de cesse de la renouveler. Depuis les premières interventions de Steve Gadd à la batterie électronique sur Return To Forever, les deux compères ont enrichi la longue liste de leurs collaborations, sans jamais se reposer sur leurs lauriers : The Leprechaun, My Spanish Heart, Three Quartets and Friends... Aujourd'hui, et pour la toute première fois, ils se font co-leaders d'un groupe, reprenant leur histoire musicale là où ils l'avaient laissée. Ils se sont entourés pour ce nouveau projet des « jeunes loups » du jazz: le béninois Lionel Loueke, surdoué de la guitare, Steve Wilson, saxophoniste et flûtiste issu du sextet Origin de Chick, le très grand Carlitos Del Puerto à la basse et le maître vénézuélien des percussions Luisito Quintero. 

Jeudi, 30 Novembre

Stochelo Rosenberg, né dans un camp gitan, a commencé à jouer de la guitare à l'âge de 10 ans. Son père et son oncle Wasso Grünholz lui ont appris à jouer de cet instrument, mais il apprit avant tout en écoutant les disques de son héros, Django Reinhardt. À l'âge de douze ans, avec son cousin Nous'che à la guitare rythmique et Rino van Hooydonk à la basse, Stochelo a gagné le premier prix d'un concours télé. Plusieurs compagnies de disque étaient intéressées, mais les parents de Stochelo ne souhaitaient pas que leur fils grandisse sous les projecteurs. Il a joué au cours de ces années avec Nous'che et son frère Nonnie à la contrebasse dans des églises et des camps gitans partout en Europe. Stochelo est passé d'enfant gitan talentueux mais timide à artiste et compositeur de classe mondiale. Il a écrit plusieurs magnifiques morceaux. Au départ, il jouait sur une guitare Favino, puis il a pu acheter une vieille guitare Selmer, numéro 504. Le légendaire Django Reinhardt jouait sur le même modèle de guitare avec le numéro 503, sensation plutôt agréable pour Stochelo. Stochelo Rosenberg est considéré comme un des guitaristes les plus fins, à la technique impeccable, très élégant et avec un vibrato très personnel, mêlant virtuosité et émotion. 

Diego el Cigala a fait ses débuts en 1997, il est connu pour mélanger les cultures et les genres tout en développant le flamenco et en explorant le latin jazz, le boléro et le tango. Il surprend tout le monde en 2016 en mettant à l'honneur de grands artistes d'un autre genre musical admiré dans le monde: la salsa. La question qui l'a amené à explorer ce genre était simple: qu'est-ce que la salsa? Dès lors, l'artiste s'est lancé dans une aventure pour comprendre les origines et le développement de ce genre musical à travers de nombreux voyages qui l'ont aidé à façonner le style de sa musique, et notamment les quartiers de New York où la salsa était le fruit de l'expression de la culture et de la réalité vécue par les Latino-Caribéens. Ces expériences ont accru son admiration pour la salsa, ses auteurs et ses interprètes. Il collabore avec de nombreux artistes : Tito Curet, Cheo Feliciano, René Touzet, Héctor Lavoe, La Sonora Ponceña ou La Fania All Stars. Diego a visité Cali (Colombie), San Juan (Porto Rico), La Havane (Cuba), Punta Cana (République dominicaine), New York et Miami (États-Unis) et enregistré plusieurs parties de l'album dans chaque région. Son aventure a culminé dans le sud de l'Espagne, à Jerez de la Frontera, où il a ajouté la guitare, les chœurs, les tambours et les « palmas ». Oscar D'Leon, Bobby Valentin, Larry Harlow, Roberto Roena, Eddie Montalvo, Nicky Marrero, Jorge Santana, Gonzalo Rubalcaba, Los Muñequitos de Matanza, Luis Perico Ortiz, Horacio el Negro, José Aguirre, Diego del Morao, etc. ... sont parmi les musiciens de différentes nationalités qui ont prêté leur essence à ce disque.  

Vendredi, 1er Decembre

James Carter est l'un des saxophonistes les plus admirés de sa génération qui a contribué à propulser le jazz vers l'avenir au cours des 25 dernières années. Sa musique est alimentée par le respect profond et la connaissance intime de la tradition du jazz. Né en 1969 à Detroit, dans le Michigan, James Carter a commencé à jouer du saxophone à l'âge de 11 ans, et a enregistré pour la première fois avec un ensemble d'étudiants de Detroit en 1986. Maîtrisant une famille d'instruments à anche, des saxophones sopranino à contrebasse, en passant par la clarinette basse, James Carter a hypnotisé le monde du jazz après son arrivée à New York en 1988 pour jouer sous les auspices du légendaire trompettiste Lester Bowie. En 1991, il participe à l'album The Organizer. Son premier album, JC On The Set, sorti au Japon alors que Carter n'avait que 23 ans, annonçait l'arrivée d'une force musicale importante et puissante dans le jazz. 

Le compositeur Benoît Charest, entouré de son Terrible Orchestre de Belleville, nous replonge dans l'univers poétique et loufoque du film d'animation « Les Triplettes de Belleville » et en interprète sur scène la bande originale chargée en swing ! En 2003, il signait la musique de cette fable rétro graphiquement décalée, réalisée par Sylvain Chomet. Son travail de composition qui propose un retour nostalgique à l'époque des cabarets parisiens, du jazz 30's et du Hot Club de France est aussitôt récompensé, notamment par un Oscar de la meilleure chanson originale et un César de la meilleure musique écrite pour un film l'année suivante.  

Samedi, 2 Decembre

En se lançant dans la musique rétro, on ne peut pas espérer être très original; mais les Puppini Sisters (composées de Marcella Puppini, Kate Mullins et Emma Smith) ne cachent pas leur plaisir de trouver leur place dans ce registre. Depuis leurs débuts il y a plus de dix ans, on ne compte plus le nombre d'artistes ayant suivi leur exemple qui a insufflé un vent de fraîcheur, qu'il s'agisse du magnifique style vocal de close harmony, de leurs reprises swing de chansons pop actuelles ou de leur sens de la mode rétrofuturiste impeccable. Inspirée par le film d'animation « Les triplettes de Belleville » (2003), Marcella Puppini a fondé le groupe en 2004. En 2005, la formation signe un contrat avec Universal Classics and Jazz. Elles ont déjà sorti quatre albums et un cinquième en préparation. Les Puppini Sisters sont désormais considérées comme le meilleur groupe de close harmony au monde et comptent parmi leurs fans The Manhattan Transfer et Michael Bublé. 

Beaucoup de groupes se sont formés dans un garage, celui-là a été créé dans un sous-sol : celui de la maison du pianiste newyorkais Scott Bradlee, dans le Queens, où avec quelques amis musiciens ils s'amusaient à jouer les hits du moment réarrangés dans des genres musicaux différents. En 2009, Scott a l'idée de poster sur Youtube la vidéo d'une séance dans laquelle ils reprenaient le répertoire du groupe canadien Nickelback sur des arrangements 60's. Intitulée « A Motown Tribute to Nickelback », la vidéo fait un carton. Encouragé par ce premier succès, Scott Bradlee crée sa propre chaîne Youtube et forme le collectif Postmodern Jukebox dans lequel se relaient différents musiciens et vocalistes. Peu de temps après, leur reprise doo wop de « We Can't Stop » de Miley Cyrus assure la popularité du combo avec quelques 4 millions de vues. Celle de « Creep » de Radiohead fracasse l'internet : 19 millions de vues ! Dès lors PMJ poste presque chaque semaine une nouvelle vidéo, toujours depuis le sous-sol très cosy de la maison de Scott : « Thrift Shop » de Macklemore est traité en jazz swing des années 20. « Die Young » de Ke$a est exécuté au banjo dans un style country & western. Lady Gaga, Katy Perry, les White Stripes, les Strokes, Oasis sont à leur tour revisités. Les tubes pop du 21e siècle façon vintage : c'est la marque de fabrique de Scott Bradlee & Postmodern Jukebox et les internautes adorent ça.  

 

Commentaires (0)

Vous avez quelque chose à dire?

Sélection de l'Editeur

Streetwear Generation: will sneakers replace stilettos for good?
Streetwear Generation: will sneakers replace stilettos for good?

Streetwear Generation: will sneakers replace stilettos for good? ...

lire la suite ›

Tendances

Rock ’n’ Roll pour John Richmond Printemps 2015
Rock ’n’ Roll pour John Richmond Printemps 2015

Rock 'n' Roll est le mot de refferance pour la collection de mode John Richmond Printemps ...

lire la suite ›
Le lookbook Zuhair Murad Printemps/Été 15
Le lookbook Zuhair Murad Printemps/Été 15

Pour le Printemps-Été 2015, la maison de haute couture Zuhair Murad fait un pas vers un ...

lire la suite ›

Editorial

Le  top 7 des femmes sur Facebook
Le top 7 des femmes sur Facebook

Femmes sur Facebook, beaucoup d'entre eux, engranger, baver, visioner! J'aime les femmes qui partagent choses sur ...

lire la suite ›
L`Histoire de Denim comme une tendance éternelle de la mode
L`Histoire de Denim comme une tendance éternelle de la mode

Denim! Quel tissu fascinant qui a conquis le monde! Ce n'est pas seulement un matériau de ...

lire la suite ›