Autres articles

Picasso X-Ray
Picasso X-Ray

Un jeune photographe Xavier Lucchesi vient me ...

read more
Guide to 90 Ball Bingo
Guide to 90 Ball Bingo

One of the most popular bingo variations ...

read more
How to Spot Casino Cheaters
How to Spot Casino Cheaters

There are many different ways in which ...

read more

Anecdotes artistiques, HENRI CARTIER-BRESSON

0 Commentaires

Par des croisements matrimoniaux, je me trouve être une pièce « rapportée » dans le cercle familial du célèbre photographe, Henri Cartier Bresson.

Mon admiration pour son œuvre photographique l'agace. Il se dédie à cette époque quasi-complétement au dessin

Dessins assez académiques, au pastel ou au crayon ; des séries de carcasses d'animaux préhistoriques du Musée des Sciences Naturelles, les paysages du midi, ou ceux vu de sa fenêtre. La dernière exposition à la Grande Bibliothèque à Paris, montre en grande partie ses dessins... une plus petite partie est consacrée à la photographie.

Teresa, une amie polonaise, est la championne de la cuisine typique et maître incontesté d'un plat mémorable : les choux farcis au sarrasin et cèpes. Henri fait partie des aficionados.

Quelques mois avant sa disparition, j'organise un diner avec sa spécialité favorite.

Il arrive tôt, déjà avec une canne, enlève son lourd manteau en loden, refuse de se faire aider pour l'enlever.

Les choux sont servis : magnifiques, parfumés.

Soudainement j'entends Henri Cartier-Bresson parler polonais !

Pas véritablement parler, mais jurer avec des mots des plus orduriers, que je ne pourrais prononcer moi-même ! Whoww !

Mes convives ne partagent pas ma langue et seule Teresa montre des signes d'émotion en rougissant, un ange passe.

Et Henri raconte son départ pendant l'occupation allemande avec d'autres jeunes gens en STO (Service du Travail Obligatoire) pour travailler dans une usine d'armement située en Pologne occupée.

Les Polonais raflés sur place lui ont appris des mots « essentiels » dans cette situation fraternellement partagée.

Il raconte ensuite sa fuite, et toutes les aventures pour arriver en zone libre...Il dit « les Polonais, eux n'avaient que leur travail pour survivre : ils n'avaient plus de pays ».

Martine Franck, sa femme présente à ce diner disait ne pas connaître ce chapitre.

Henri, fier de sa mémoire, a réitéré au dessert encore le même chapelet de jurons savoureux. C'était le gâteau aux pavots.

Basia Embiricos

 

 

 

 

Commentaires (0)

Vous avez quelque chose à dire?

Sélection de l'Editeur

Streetwear Generation: will sneakers replace stilettos for good?
Streetwear Generation: will sneakers replace stilettos for good?

Streetwear Generation: will sneakers replace stilettos for good? ...

lire la suite ›
Farfetch

Tendances

Rock ’n’ Roll pour John Richmond Printemps 2015
Rock ’n’ Roll pour John Richmond Printemps 2015

Rock 'n' Roll est le mot de refferance pour la collection de mode John Richmond Printemps ...

lire la suite ›
Le lookbook Zuhair Murad Printemps/Été 15
Le lookbook Zuhair Murad Printemps/Été 15

Pour le Printemps-Été 2015, la maison de haute couture Zuhair Murad fait un pas vers un ...

lire la suite ›

Editorial

Le  top 7 des femmes sur Facebook
Le top 7 des femmes sur Facebook

Femmes sur Facebook, beaucoup d'entre eux, engranger, baver, visioner! J'aime les femmes qui partagent choses sur ...

lire la suite ›
L`Histoire de Denim comme une tendance éternelle de la mode
L`Histoire de Denim comme une tendance éternelle de la mode

Denim! Quel tissu fascinant qui a conquis le monde! Ce n'est pas seulement un matériau de ...

lire la suite ›